Les films cultes… Lisztomania (1975)

LisztomaniaLISZTOMANIA

 

1975, de Ken Russell – UK

Avec Roger Daltrey, Sara Kestelman, Paul Nicolas, Ringo Starr, Veronica Quilligan, Nell Campbell, Rick Wakeman et Oliver Reed

Scénario : Ken Russell

Directeur de la photographie : Peter Suschitzky

Musique : Rick Wakeman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Tommy Horror Picture Show

 

Lourd échec public et critique réalisé dans la foulée du triomphal Tommy (l’adaptation filmée de l’opéra rock du groupe The Who, plus grand succès financier du réalisateur), avec la même équipe, les mêmes décors et le même acteur principal (Roger Daltrey, leader des Who), Lisztomania est peut-être le film le plus emblématique du style unique et flamboyant de Ken Russell, l’apogée d’une époque bénie où le cinéaste pouvait tout se permettre :

 

-biographie d’un compositeur célèbre de musique classique? Check !

-imagerie catholique pervertie ? Check!

-visions baroques et costumes outranciers ? Check !

-blasphème, érotisme cru et symboles phalliques étalés gratuitement ? Check !

-séquences musicales inspirées du glam rock ? Check !

-rock stars en pantalons moulés comme acteurs principaux ou secondaires ? Check !

-jeu d’acteur flamboyant ? Check !

-Oliver Reed ? Check !

-structure éclatée, montage énergique, anachronismes ? Check !

-parodie transgressive et agressive d’un genre « respectable ? Check !

-bande sonore brillante, entre musique classique et rock endiablé ? Check !

-seins nus à gogo ? Check !…

 

Après de nombreux téléfilms, documentaires et courts métrages télévisés consacrés aux compositeurs classiques qu’il aimait tant, après The Music Lovers (1970), consacré aux drames et aux désirs homosexuels de Tchaïkovsky et le chef d’oeuvre Mahler (1974), deux films déjà passablement bien barrés, Ken Russell signe son œuvre « musicale » la plus folle, ajoutant à la formule une bonne dose de pop culture qui culmine avec une très amusante parodie musicale des films de science-fiction de la Hammer, faisant intervenir dans un décor de château gothique un vampire et une créature de Frankenstein…

 

Lisztomania-lisztomania-30852240-1024-439

 

Roger Daltrey, sosie saisissant de ce bon vieux Jean-Guy Fechner (sans la barbe), incarne le compositeur hongrois Franz Liszt, pianiste virtuose dont Ken Russell relate, sous forme d’épisodes, la gloire musicale et les déboires sexuelles avec les femmes de la haute société du XIXème siècle, son pacte avec le Diable pour continuer à écrire brillamment, mais également sa longue rivalité avec Richard Wagner (Paul Nicholas), déjà l’adversaire de Mahler l’année précédente, jaloux du succès du jeune compositeur considéré comme la première « rock star » de l’histoire de la musique. Une rivalité qui dure… puisque les années passant, le compositeur de la Chevauchée des Walkyries devient un indestructible vampire nazi bien décidé à débarrasser l’Allemagne du peuple juif en attendant l’arrivée au pouvoir du nouveau « messie ». Une première fois anéanti par Liszt et sa musique, Wagner revient à la vie sous l’apparence d’une créature de Frankenstein au service du Troisième Reich, armée d’une impressionnante guitare / fusil ! Il empoisonne Liszt qui se retrouve au paradis aux côtés des femmes de sa vie. Ensemble, ils montent à bord d’un vaisseau spatial qui revient sur terre en 1944 pour éliminer Wagner / Hitler, en train de mettre Berlin à feu et à sang. Rejoignant l’au-delà, Liszt peut enfin chanter Peace at Last, son nouveau tube au succès mondial !

Comme on le voit, Ken Russell s’autorise donc une très légère licence artistique et trouve une nouvelle occasion de choquer avec un épatant numéro musical à la Busby Berkeley où de blonds enfants allemands vêtus de costumes de Superman chantent une ode à la race supérieure se terminant avec le salut nazi…

 

roger_daltrey_1975_11_28

 

C’est Rick Wakeman, du groupe de rock progressif Yes qui composa la bande originale de Lisztomania, composée de réarrangements aux synthétiseurs des œuvres de Liszt et Wagner, en plus d’apparaître dans le rôle du Dieu du Tonnerre nordique, Thor… alors que Roger Daltrey et Ken Russell lui-même se chargeaient des paroles des chansons.

 

Visiblement emballé par le succès récent du Rocky Horror Picture Show, Ken Russell emprunte à ce dernier son goût pour les costumes et maquillages glam rock, mais également l’actrice / chanteuse Nell Campbell (a.k.a. Little Nell) qui se fend d’une mémorable apparition dénudée… On devine également chez Russell une forte envie de rendre hommage aux films cinglés de Richard Lester consacrés aux Beatles (A Hard Day’s Night, Help !) puisque la Beatlemania est ici parodiée jusque dans le titre et que le Liszt incarné par Roger Daltrey s’avère aussi enfantin que Paul, aussi sarcastique que John, aussi séducteur que George et aussi loufoque que Ringo. La présence de ce dernier au casting n’est d’ailleurs certainement pas une coïncidence…

 

ken_russell_-_lisztomania_2_1347x1059

 

On remarquera les nombreuses similitudes scénaristiques avec le plus sérieux et respectable Amadeus (1984), de Milos Forman, qui raconte lui aussi peu ou prou la même histoire d’une longue et cruelle rivalité entre deux compositeurs brillants. Amadeus, réalisé 9 ans plus tard, a certes gagné 8 Oscars, 40 autres prix cinématographiques ainsi que l’adoration éternelle du public et de la critique, mais Lisztomania a une chorégraphie faisant intervenir un pénis en caoutchouc de 3 mètres et Ringo Starr dans le rôle du pape… Ken Russell : 1, Milos Forman : 0 !

 

Au vu de ce joyeux, obsédant, hilarant mais toujours brillant foutoir, nous n’aurons qu’un seul regret en revoyant ce brillant petit frère mal-aimé de Tommy : que Ken Russell n’ait jamais eu l’occasion (ou le temps) de consacrer un film au génie musical fou du XXème siècle… l’immortel Frank Zappa.

 

Grégory Cavinato

(Membre de l’U.P.C.B. – Union de la Presse Cinématographique Belge)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>