BIFFF 2017… Will You Be There?

Will You Be There _ ENGposter_final(low)[2]WILL YOU BE THERE?

 

2016, de Ji-Yeong Hong – South Korea

Scénario : Ji-Yeong Hong, d’après le roman de Guillaume Musso

Avec Yun-seok Kim, Se-ha Ahn, Yo-han Byeon, Seo-jin Chae, Sang-ho Kim

Directeur de la photographie : ?

Musique : ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut laisser le temps au Temps…

 

A priori, l’idée d’une adaptation d’un roman de Guillaume Musso est loin de nous emballer. Romancier romantique moderne, l’écrivain est devenu, de 2010 à 2015, l’auteur français le plus vendu à travers le monde, ses livres étant traduits dans 40 langues et ses ventes dépassant les 25 millions d’exemplaires. Son style (son manque de style, diront les médisants), bien établi au cours de ses nombreux romans (15 depuis 2001) consiste en un mélange de polar, de suspense et d’intrigues sentimentales pétries de bons sentiments. Des clichés larmoyants à souhait auxquels vient immanquablement se mêler un élément surnaturel, notamment l’utilisation du voyage dans le temps comme procédé narratif pour plonger ses protagonistes dans d’impossibles dilemmes moraux… Si ses livres se vendent très bien, Musso est très loin de faire l’unanimité quant à son talent, certains critiques littéraires n’hésitant jamais à l’éreinter, à le comparer à Marc Lévy ou autres Alexandre Jardin, confrères conspués tout aussi fleurs bleues, avec qui il partage un goût immodéré pour la guimauve à destination des ménagères en manque de sensations.

 

will-you-be-there-korean-movie-2016-trailer-hd_9618931-1150_1920x1080

 

 

Avec des titres aussi simples et naïfs que « Et Après ? », « Sauve-moi », « Seras-tu là ? », « Parce que je t’aime », « Que ferais-je sans toi ? » ou encore « Je reviens te chercher », difficile de prendre l’écrivain pour autre chose qu’un disciple de la collection Arlequin. Il est néanmoins permis de trouver astucieux les dilemmes temporels que présentent ses œuvres. Grâce à une écriture extrêmement visuelle, celles-ci se prêtent particulièrement bien à des adaptations cinématographiques, pour peu que l’on brode un peu autour et que l’on étoffe le propos. Pourtant jusqu’ici, seul le décevant Afterwards (Et Après ?), avec Romain Duris et Evangeline Lilly avait vu le jour en 2008, sans grand succès. Etonnamment, c’est en provenance de la Corée du Sud que nous arrive la deuxième adaptation d’une de ses œuvres, « Seras-tu là ? » (2006), qui propose une énième variation sur ce thème science-fictionnel bien connu : « Que changeriez-vous si vous pouviez retourner dans le passé? »

 

 

Pour son quatrième film après le drame The Naked Kitchen (2009), l’anthologie horrifique Horror Stories (2012) et la comédie romantique Marriage Blue (2013), la réalisatrice Ji-Yeong Hong s’empare du roman pour nous livrer une nouvelle illustration exemplaire de ce que les coréens font désormais le mieux au cinéma : livrer une petite merveille avec tact, discrétion, émotion, sincérité, sans la moindre vulgarité ou affèterie post-moderne, tares qui ternissent la réputation des blockbusters hollywoodiens depuis quelques années. Hong transforme un roman niais à souhait, qui ne méritait sans doute pas tant d’attentions, en petite merveille de romantisme old-school. Question de choix et de personnalité…

 

c3aacf3edc3b413ca4bcf8c8d30e0974

 

2015. Su-hyeon, installé à Séoul, est un chirurgien pédiatrique réputé et le papa comblé d’une jeune femme d’une vingtaine d’années, Soo-a, qui termine ses études. Solitaire, Su-hyeon ne s’est jamais vraiment remis du décès accidentel de Yeon-a, la femme de sa vie, trente ans auparavant. Un accident stupide qui l’a poussé à refaire sa vie avec d’autres femmes qu’il a moins aimées, sans jamais retrouver le véritable amour. En mission humanitaire au Cambodge dans un camp de réfugiés, Su-hyeon risque sa peau pour sauver la vie d’un bébé. Pour le remercier, le grand-père de l’enfant, un étrange vieillard aux pouvoirs mystiques, lui fait un cadeau inattendu : l’opportunité de voyager dans le temps et de revenir en arrière afin de revoir la personne de son choix. Su-hyeon reçoit dix pilules magiques capables de le projeter dans le passé. Il lui suffit de s’endormir ! Plongé dans un profond sommeil, il se réveille en 1985 et tombe nez à nez avec son alter-ego de 25 ans, alors au tout début de sa carrière et en couple avec Yeon-a. 1985 est également l’année où son père, un violent alcoolique atteint de démence, est admis à l’hôpital sous sa surveillance. Désormais capable de naviguer entre 2015 et 1985, du moins à dix reprises qu’il devra savamment calculer afin de réaliser ses bonnes actions, Su-hyeon tente de convaincre son jeune double de modifier le cours de « leur » histoire. Evidemment, rien ne se passe comme prévu et « ils » réalisent trop tard qu’on ne joue pas impunément avec les couloirs parallèles du temps !

 

Pour Su-hyeon, la tentation de modifier les erreurs et de déjouer les drames du passé est irrésistible, mais les conséquences s’avèrent bien trop dangereuses pour son entourage. En effet, en sauvant sa bien-aimée dans le passé, il menacerait l’existence de sa fille (issue d’une autre relation) dans le futur ! Il commence à comprendre que seule l’une d’entre elles pourra survivre et qu’il devra choisir. A moins que… Amoureux et idéalistes, les deux versions de Su-hyeon vont collaborer pour contrarier la cruauté du destin. Le vieux Su-hyeon tente de convaincre le jeune de sauver Yeon-a, puis de l’abandonner pour pouvoir s’en aller concevoir sa progéniture ailleurs. Incrédule, le jeune Su-hyeon ne voit pas les choses du même œil… Pour compliquer les choses, Su-hyeon version 2015 se meurt lentement d’un cancer du poumon qui commence à menacer ses capacités à voyager dans le temps.

 

fullsizephoto798116

 

S’amusant des conventions des comédies de science-fiction, notamment celles de la trilogie Retour vers le Futur, la réalisatrice signe un long-métrage entièrement basé sur le fameux gag des personnages qui disparaissent des photos dans le présent au fur et à mesure que le passé est modifié. Une idée qui trouve son origine dans les films de Robert Zemeckis ! Beaucoup moins burlesque que les aventures de Marty McFly, le ton de Will You Be There ? reste résolument tragi-comique, la réalisatrice se focalisant sur le thème de la solitude profonde qui se manifeste souvent par le narcissisme. C’est le cas du héros qui pense pouvoir résoudre tous ses problèmes sans (dans un premier temps) réfléchir aux conséquences, uniquement motivé par cette obsession de sauver la femme qu’il a follement aimée et dont il n’a jamais su faire le deuil. Paradoxalement, c’est seulement au contact de son jeune « moi » que Su-hyeon acquiert une certaine maturité, devenant une figure paternelle de substitution pour ce dernier. Impétueux et fragile, le jeune Su-hyeon refuse d’accepter la mort inévitable de sa fiancée et se moque bien de l’existence d’une fille qu’il ne connaît pas ! Le jeune homme est mis dans la position terrible de devoir quitter l’amour de sa vie afin de sauver celle de quelqu’un qui n’existe pas encore, pour faire plaisir à un vieux fou prétendant venir du futur ! Un geste qui le prive de son libre-arbitre et le rend prisonnier d’un avenir dont il n’a cure mais qui le met face à ses responsabilités et à son sens de la moralité.

 

c4f498cce77248e89a6c1f6e9e0d3245

 

Naviguant avec élégance entre deux époques, Will You Be There ? est le magnifique portrait d’un bienfaiteur résolu à mourir, acceptant sa mortalité mais refusant celle de ses proches. C’est l’occasion pour l’acteur Yun-seok Kim (le policier de The Chaser) de livrer une performance complète, passant du rire aux larmes mais en restant toujours dans le registre de la dignité. Organisant un suspense habile tout en nous attachant à un personnage principal inoubliable, Ji-Yeong Hong semble nous dire qu’il est important d’accepter les erreurs et les drames inévitables du passé afin de pouvoir aller de l’avant, de combattre ses regrets et de compenser le manque par de nouvelles expériences. Ce n’est qu’en tissant de nouvelles relations que l’on permet aux amours mortes de survivre. Un beau message délivré dans une œuvre très divertissante, dont les paradoxes temporels s’avèrent aussi compliqués que ceux de X-Men : Days of Future Past et dont l’intrigue s’avère étonnamment similaire au récent Time Renegades (2016, de Jae-Ying Kwak), qui raconte peu ou prou la même histoire, transposée dans le cadre d’une traque au serial killer… Nous préférerons envisager Will You Be There ? comme une variation moderne de Somewhere in Time (Quelque Part dans le Temps), le chef d’œuvre romantique de Jeannot Szwarc dans lequel Christopher Reeve, un indécrottable romantique, voyageait dans le passé afin de retrouver une inconnue (Jane Seymour) dont il était tombé amoureux du portrait…

 

Une référence sublime et inespérée pour Guillaume Musso, qui ne se rend sans doute pas compte de sa chance qu’une cinéaste éminemment plus talentueuse que lui, s’intéresse à son cas…

 

Grégory Cavinato

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>