Bienvenue sur Action-Cut.com…

Action-Cut Site

Notre équipe vous souhaite la bienvenue et de bonnes lectures…

Lire plus

Les Chefs d’oeuvre oubliés… Figures in a Landscape (1970)

CEaPkbvVAAAPEYR

Sommet du suspense, véritable chef d’oeuvre oublié du cinéma britannique, « Figures in a Landscape » (« Deux Hommes en Fuite ») est un film d’action existentiel qui doit beaucoup à son approche originale (action immédiate et mystère complet sur l’identité des héros), son décor inoubliable, l’atmosphère menaçante créée par Joseph Losey et le scénario brillant rédigé par l’acteur Robert Shaw.

Lire plus

Actualité 2015… Love

ob_f0f1bb_love-richardson

Provocation gratuite et infantile, « Love », nouveau coup d’éclat de Gaspar Noé, est un objet embarrassant tant le réalisateur, persuadé que chacun de ses films est un pied-de-nez génial aux bonnes mœurs, s’avère incapable de provoquer autre chose qu’un ennui profond. Avec ses scènes de sexe non-simulées, sa 3D qui éclabousse, ses personnages détestables et ses dialogues à mourir de rire, Noé arrive par dessus le marché à transformer son film en véritable ode à la misogynie.

Lire plus

Actualité 2015… Terminator Genisys

Terminator-Genisys-T-800

Autrefois synonyme de science-fiction hardcore et adulte, la saga Terminator se voit dénaturée par un « reboot » infantile, narrativement inutile et visuellement hideux, véritable insulte à l’univers créé par James Cameron. Le pauvre Arnold Schwarzenegger, relégué au rang de baudruche comique, perd de sa superbe avec cette suite qui, s’il y a une justice, devrait mettre un point final à la saga. Action-cut vous propose un déprimant constat des dégâts.

Lire plus

Les Chefs d’oeuvre oubliés… La Cage (1975)

aff_gr_la_cage-03.jpg~original

Explorant à nouveau avec brio les conséquences désastreuses de la longue agonie d’un couple, Pierre Granier-Deferre signe avec « La Cage » un digne successeur à son « Chat ». Emasculé et vulnérable, le viril Lino Ventura n’en mène pas large face à l’émouvante Ingrid Thulin, son ex-femme qui l’emprisonne dans l’espoir de raviver la flamme éteinte de leur passion dans cet implacable thriller psychologique…

Lire plus

Les Chefs d’oeuvre oubliés… Le Chat (1971)

iàlu

A partir d’un sujet qui, à priori, pourrait faire passer « Amour » (de Michael Haneke) pour une aimable comédie romantique, Pierre Granier-Deferre signe un grand film sur l’érosion des sentiments au sein d’un vieux couple, épuisé par le progrès, la nostalgie, la haine et l’ennui profond. Il fallait bien deux monstres sacrés du gabarit de Jean Gabin et Simone Signoret pour nous faire aimer ces deux grands enfants dont la mort de l’animal de compagnie est un prétexte pour une guerre cruelle et silencieuse.

Lire plus

Actualité 2015… Amy

amy_winehouse

Loin du documentaire opportuniste (à la « This is It ») que l’on pouvait craindre, « Amy » nous raconte l’histoire d’une jeune femme fragile au talent immense, détruite à 27 ans par la gloire et les excès. Le réalisateur Asif Kapadia met l’accent sur la personnalité trop méconnue d’Amy Winehouse autant que sur ses chansons. Le résultat : on regrette davantage la mort d’une femme attachante au mal de vivre incurable que la disparition d’une voix néanmoins unique.

Lire plus

BIFFF 2015, 33rd edition

I0LU

The Babadook, Starry Eyes, Goodnight, Mommy, The Guest, A Hard Day… Ce ne sont là que quelques uns des moments forts de la 33ème et excellente édition du BIFFF, le Festival du Film Fantastique de Bruxelles, qui s’est tenue du 7 au 19 avril au Palais des Beaux Arts. Compte-rendu de notre envoyé « spécial » et critiques de ses films favoris!

Lire plus

BIFFF 2015… The Babadook (Mister Babadook)

mister-babadook-740x493

Le mythe éternel du boogeyman est réinventé dans le premier film de l’australienne Jennifer Kent, qui nous prouve une fois de plus que les meilleurs films d’horreur sont ceux qui mettent en scène des personnages crédibles. Terrible histoire de maltraitance et d’abandon, « The Babadook » est également le film fantastique le plus effrayant depuis belle lurette! If it’s in a word, or it’s in a look, you can’t get rid of the Babadook!…

Lire plus

BIFFF 2015… Good Night, Mommy

maxresdefault

Comme l’ont prouvé Igor et Grishka Bogdanoff, rien n’est plus terrifiant que des jumeaux maléfiques. Chef d’œuvre horrifique du cinéma autrichien, « Goodnight, Mommy » en est la nouvelle preuve. Il s’agit surtout d’une oeuvre d’une élégance folle, d’une complexité diabolique, d’une violence traumatisante, transcendée par un sens de la poésie envoûtant.

Lire plus

BIFFF 2015… Faults

faultsart

Fable sur le danger des sectes ou critique des bien-pensants et des empêcheurs de prier en rond? Huis-clos à l’humour noir féroce et à la tension palpable, « Faults », grâce à un scénario surprenant et deux acteurs géniaux (Mary-Elizabeth Winstead et Leland Orser) est un drôle de premier film, qui augure de beaucoup de bonnes choses pour la suite de la carrière d’un jeune réalisateur prodige, Riley Stearns.

Lire plus

BIFFF 2015… Musarañas (Shrew’s Nest)

shrews_nest_still

Produit par Alex De la Iglesia, « Musarañas », sorte de « Misery » à l’espagnole, est une histoire de répression et de folie mémorable dans son style (entre classicisme et gore) qui, on l’espère, permettra à ses deux réalisateurs novices et son actrice principale, l’exceptionnelle Macarena Gomez, de poursuivre avec succès leurs passionnantes contributions à la gloire du cinéma de genre made in Andalousie.

Lire plus

BIFFF 2015… Frankenstein

iàlu

Culotté de la part de Bernard Rose (réalisateur de « Candyman ») de prétendre réinventer le mythe de Frankenstein! Il le fait pourtant avec style, talent et beaucoup de cœur, transformant une icône immortelle du cinéma de science-fiction en un représentant des laissés pour compte qui jonchent les rues de nos grandes villes… empochant à l’occasion le « Corbeau d’Or », récompense suprême du dernier BIFFF!

Lire plus

BIFFF 2015… The Guest

The-Guest-poster-Dan-Stevens-banner

Imaginez un astucieux mélange de « Terminator », « Road House » et « The Stepfather » dans lequel, à la place de tuer Sarah Connor, le terrifiant androïde deviendrait son colocataire… voilà une idée de la folie propagée dans « The Guest », futur film culte par excellence, relecture réjouissante et politiquement incorrecte des films d’action des années 80 ! Le torse nu de Dan Stevens joue les guest stars…

Lire plus

BIFFF 2015… Haemoo (Sea Fog – Les Clandestins)

imageàlaune

Non ce n’était pas radeau / de la Méduse ce bateau… mais presque ! Drame maritime produit et co-écrit par Bong Joon-ho dont la personnalité (humour noir, vision pessimiste et cynique de l’humanité) imprègnent l’image, « Haemoo » fait un constat terriblement inquiétant de l’âme coréenne, en examinant avec une violence glaçante et un suspense à couper au couteau les pulsions réprimées de protagonistes mâles peu reluisants.

Lire plus

BIFFF 2015… Starry Eyes

starryeyes5

Portrait inquiétant et atrocement triste d’une génération égocentrique qui passe son temps à se regarder dans le miroir, d’une jeune femme mal dans sa peau et du sacro-saint rêve hollywoodien, « Starry Eyes », à cheval entre les univers de David Cronenberg, David Lynch et de Roman Polanski, prouve de la manière la plus douloureuse que le cinéma horrifique novateur n’est pas encore mort!

Lire plus

BIFFF 2015… Hard Day

fullsizephoto429042

Mêlant humour noir et action à un scénario constamment surprenant et à des dialogues comiques d’anthologie, « Hard Day », petite perle réalisée par Seong-hoon Kim est la nouvelle preuve de la bonne santé ébouriffante du nouveau cinéma coréen.

Lire plus

OFF SCREEN 2015, Bruxelles – 8th Edition

offscreen_poster_2015_web_350_no_logo

Plantes carnivores, justiciers dans la ville, massacres à la tronçonneuse, pieds dans la gueule, organes reproducteurs mâles dans des tupperwares, entomologistes lesbiennes, vampires iraniens, boutiques horrifiques, boogaloos électriques… ce n’était là qu’une infime partie de la riche programmation de la huitième édition du Festival OffScreen, qui s’est tenue à Bruxelles du 4 au 22 mars.

Lire plus

« In defense of… » The Texas Chainsaw Massacre, Part 2 (Massacre à la Tronçonneuse 2) (1986)

vlcsnap-2015-04-22-01h47m04s215

Souvent conspué et considéré comme une trahison de son prédécesseur, The Texas Chainsaw Massacre, Part 2 parvient pourtant à renouveler son sujet et à produire, aussi bien dans sa forme (typique des excessives années 80) que dans son fond, un condensé d’horreur audacieux, agressif et vicieux, bien supérieur à sa réputation.

Lire plus

Les Films Cultes… Eggshells (1969)

EGGSHELLS

Document inestimable davantage qu’un vrai plaisir de cinéma, l’expérimental Eggshells, premier film officiel de Tobe Hooper, autrefois considéré comme perdu, contient dans ses images sans queue ni tête toute la substance et la rage de filmer d’un réalisateur sur le point de signer son chef d’œuvre… The Texas Chainsaw Massacre!

Lire plus

Actualité 2015… A Girl Walks Home Alone At Night

agirlwalkshomealoneatnight_iranianfilmdaily

Influencée par le western spaghetti, les comic books, la culture iranienne, le féminisme et la musique techno, la réalisatrice Anna Lily Amirpour mélange ses influences pour créer un univers personnel d’une grande originalité et d’une beauté folle, tout en réinventant le mythe du vampire.

Lire plus

Le Coin du Documentaire… Electric Boogaloo : The Wild, Untold Story of Cannon Films (2014)

sjff_04_img1491

Récit moqueur et drôlissime de l’ascension hollywoodienne des producteurs israéliens Menahem Golan et Yoram Globus, Electric Boogaloo est un retour rafraîchissant vers les folles années 80, quand le politiquement correct n’avait pas encore envahi le monde. Conte moral à la David contre Goliath, le documentaire de Mark Hartley se déguste avec un énorme plaisir.

Lire plus

Actualité 2015… Ruined Heart : Another Love Story Between a Criminal and a Whore

fn085029_pic_01

Imaginez le résultat du premier film du fils caché de Terrence Malick et de Gaspar Noé et vous n’aurez encore qu’une vague idée des surprises visuelles et émotionnelles qui vous attendent dans Ruined Heart, production « punk » entre les Philippines et l’Allemagne. En 1h17 et sans le moindre dialogue, le film de Khavn De la Cruz réussit l’exploit de raconter une histoire d’amour universelle et bouleversante.

Lire plus

Actualité 2015… Blind

Blind (3)

Fascinante exploration de l’isolation d’une femme déambulant dans le noir complet et de ses efforts pour survivre, Blind, premier film du norvégien Eskil Vogt, est une réflexion brillante sur l’utilité de la fiction, mais surtout un fascinant exercice de style érotique, tendre, très amusant et particulièrement original.

Lire plus

Actualité 2015… Honeymoon

Honeymoon-09-Rose-Leslie

Les meilleurs films d’horreur sont avant tout affaire de psychologie plutôt que d’effets gore. Honeymoon, premier film de Leigh Janiak dans lequel la rousse sauvageonne de Game of Thrones s’imagine possédée par des aliens, en est un nouvel exemple, particulièrement prometteur pour la suite de la carrière de sa réalisatrice.

Lire plus

Actualité 2015… The Duke of Burgundy

the_duke_of_burgundy_a_l

Mystérieux, elliptique mais également sensuel, coquin et tendre, ce Duke of Burgundy, nouveau film de Peter Strickland, réalisateur de Berberian Sound Studio, ne dévoile pas facilement ses secrets dans cet hommage au cinéma de Jess Franco. Mais pour peu que l’on se laisse glisser dans cet univers pictural riche et fascinant, l’expérience est unique.

Lire plus

Les Chefs d’Oeuvre oubliés… I… Comme Icare (1979)

gr_i_icare-08

Henri Verneuil emprunte à Costa-Gavras son acteur fétiche (Yves Montand) et son genre de prédilection (le brûlot politique) et, 12 ans avant Oliver Stone, enquête sur l’assassinat du Président Kennedy. Anxiogène, austère, « I… Comme Icare » est une critique féroce et fascinante des plus hautes sphères du pouvoir, de la corruption à grande échelle dans nos sociétés modernes et de l’obéissance aveugle aux ordres.

Lire plus

Les Plaisirs Coupables… Le Casse (1971)

Ronnie-biggs-film-braquage-8

Joyeux vestige d’une époque révolue où le cinéma populaire français à grand spectacle ne se vautrait pas dans l’infantilisme et la vulgarité, le pétaradant « Le Casse », d’Henri Verneuil, tourné dans les rues ensoleillées d’Athènes, est l’un de ces plaisirs coupables encore décuplé par l’irrésistible affrontement entre un Jean-Paul Belmondo au sommet de son art et un Omar Sharif, heureux de jouer les ordures.

Lire plus

Les Plaisirs Coupables… Mr. Holland’s Opus (Professeur Holland) (1995)

iàlu

« Feel-good movie » par excellence, « Mr. Holland’s Opus » est un film grand public qui accomplit le miracle de ne jamais tomber dans le larmoyant gratuit et le sentimentalisme de pacotille. Le film de Stephen Herek offre à Richard Dreyfuss, dans le rôle d’un professeur de musique récalcitrant, le meilleur rôle de sa carrière. Irrésistible!

Lire plus

Actualité 2015… Big Eyes

MV5BMTI5OTA0NTE4Nl5BMl5BanBnXkFtZTcwNDUwODk2MQ@@._V1_SX640_SY720_

Délaissant momentanément les pitreries de Johnny Depp et les budgets astronomiques, Tim Burton revient à un projet beaucoup plus modeste et personnel. Réflexion sur l’éternelle opposition entre art et commerce, « Big Eyes » n’est certes pas un grand cru et souffre d’évidents problèmes de ton, notamment lorsque Christoph Waltz, en roue libre, se met à faire le gugusse. Malgré tout, Burton signe un joli petit film très attachant, dominé par la formidable Amy Adams.

Lire plus

Les Chefs d’oeuvre oubliés… Des Gens Sans Importance (1956)

des-gens-sans-importance_50682_36762

Première incursion d’Henri Verneuil dans le drame, « Des Gens Sans Importance » est une oeuvre sombre et désespérée, dont la beauté et la poésie ressortent là où on ne les attend pas. Hommage au réalisme poétique des années 30 cher à Jean Renoir et Marcel Carné, cette histoire d’amour tragique et déchirante se vit comme un uppercut. On n’en sort pas indemne, mais persuadé d’avoir découvert un des films français les plus importants et méconnus de l’Après-Guerre.

Lire plus